Comment éviter à votre motivation de jouer au yoyo?

Comment éviter à votre motivation de jouer au yoyo?

« Quand tu veux construire un bateau, ne commence pas par rassembler du bois, couper des planches et distribuer du travail, mais réveille au sein des hommes le désir de la mer grande et belle. » Antoine de Saint-Exupéry, à travers cette citation introduit et résume l’importance de la motivation profonde sur nos projets.

Même si le projet sur lequel on travaille a du sens pour nous,  la motivation au cours du projet joue parfois au yoyo. Pas de panique, voici quelques conseils pour palier ces aléas de la motivation.

Motivation dès le réveil

Dès le réveil, adoptez un état d’esprit positif. Au petit-déjeuner ou même encore au lit, réfléchissez à ce que vous allez accomplir aujourd’hui et repérez ce qui vous motive le plus : est-ce cette réunion importante ce matin ? La formation de ce nouveau collaborateur qui vient d’arriver sur le projet ? Une tâche pénible qui sera terminée ce soir enfin ?

Si vous voyez poindre une baisse de motivation, cassez votre routine, en mettant par exemple le réveil un peu plus tôt et en pratiquant une activité nouvelle et enrichissante,  comme la lecture d’un article d’un blog ou d’un site que vous appréciez, lié à votre activité professionnelle, comme de la marche rapide ou encore une activité sociale comme de partager une information sur un des réseaux sociaux.  L’idée est de faire une tâche courte qui contribue à votre bien-être et à tonifier votre corps et votre esprit. Pour information, une activité sportive même légère permet de produire des endorphines qui contribuent au bien-être.

Enfin,  de temps en temps, cassez votre routine de trajet domicile-travail en changeant votre itinéraire, si c’est possible pour vous.

Supprimez les tâches inutiles

Comme le préconise l’américain Tim Ferris dans son best-seller, la semaine de 4 heures, supprimez les tâches inutiles. En effet, ce n’est pas parce que vous commencez quelque chose que vous devez aller jusqu’au bout. Si vous commencez un livre et qu’il s’avère particulièrement ennuyeux, mieux vaut ne pas le terminer. Si vous allez au cinéma et que le film est assommant, quittez la salle. Tim Ferris parle pour ce comportement à « l’art de l’inachèvement« .

En matière de gestion de projet, identifiez les tâches utiles pour atteindre le ou les objectifs du projet. Si le projet subit des changements en cours de route et que son ou ses objectifs sont révisés, revoyez votre liste de tâches et supprimez celles qui ne permettent pas d’atteindre les objectifs du projet. Privilégiez les 20% de tâches qui permettent d’atteindre 80% de l’objectif. Accomplir une tâche utile est source de motivation. Léo Babauta dans son ouvrage Zen To Done préconise la simplification maximale. Si nous arrivons à transformer une liste de 50 tâches plus ou moins utiles en 25 tâches utiles, c’est un très bon début alors faites cet exercice.  Classez vos tâches en fonction du niveau d’importance et privilégiez celles qui se trouvent dans la première catégorie. Simplifier sa gestion de projet permet de la rendre plus efficace et donc plus motivante.

Passez en revue vos avancées positives

A la fin d’une journée de travail, passez en revue vos accomplissements, cela fait du bien de voir qu’aujourd’hui, on a avancé sur le projet et même si cela n’avance pas aussi vite que ce qu’on avait prévu, et bien félicitons-nous de ce qui a déjà été accompli. En fin de semaine, on peut faire une revue des tâches accomplies mais pour toute la semaine, avant de revoir le planning des tâches de la semaine suivante.

Soyez sélectifs et pratiquez la diète médiatique

Soyez sélectifs dans vos sources d’information, ne perdez pas chaque jour du temps à écouter de mauvaises nouvelles dans les médias.  Privilégiez les sources d’information utiles. Essayez en particulier pendant la période de mise en place de votre projet de diminuer voire de supprimer les sources d’informations négatives.  Tim Ferris parle de « diète médiatique » dans son ouvrage. Vous avez sans doute mieux à faire que de polluer votre esprit avec des sources d’information négatives, et de vous concentrer sur vos objectifs, qui sont aussi ceux de votre projet.

Quand vous travaillez sur une tâche, concentrez-vous dessus et ne vous laissez pas distraire.

Pratiquez la visualisation positive

Vous peinez actuellement dans votre projet? Imaginez-vous en train de présenter le projet finalisé au client, imaginez-vous en train de présenter une avancée significative à vos supérieurs hiérarchiques. Pratiquer la visualisation positive, c’est se projeter avec votre imagination dans la situation idéale que vous aimeriez atteindre, en train de fêter la réussite de votre projet avec votre équipe, ou en train d’annoncer des bonnes nouvelles à votre partenaire chinois, en train de vous voir confier ce projet auquel vous aspirez parce que vous venez de réussir celui sur lequel vous travaillez, etc …

Transformez cette projection imaginaire en ingrédients concrets de motivation. Par exemple, dites-vous, si nous réussissons à atteindre tel et tel objectif dans les temps impartis, j’offre un restaurant ou un autre cadeau à mon équipe.

Prenez plaisir à faire ce que vous faites

Pensez au sens de votre travail, à ce qu’il vous apporte et ce qu’il apporte aux autres, à la société, etc… Si certaines tâches de votre projet sont indispensables et néanmoins fastidieuses au premier abord, motivez-vous en vous promettant une récompense une fois cette tâche accomplie, par exemple accordez-vous ensuite quelques minutes de pause, ou l’accomplissement d’une tâche plus agréable,  un café avec l’un de vos collègues préférés, etc …

Et vous, quelles sont vos astuces pour rester motivé sur vos projets?

Claire Cornic

 Crédit image : © nasir1164 – Fotolia.com

3 Commentaires

  1. Yann 2 mai 2013 à 15 h 55 min - Reply

    Moi, j’écoute de la musique avec mes écouteurs quand je dois faire une tâche répétitive et sans intérêt

  2. Samuel@motivation-au-travail 17 mai 2013 à 12 h 50 min - Reply

    LE SOURIRE ! :-)

    Tout ce qui est dit ci-dessus est connu, reconnu, démontré… Profitez-en !

    Trouvez des raisons de sourire (même si vous n’en voyez pas).

    « Heureux celui qui sait rire de lui-même, il n’a pas fini de se gondoler. »

    Samuel

  3. Dominique 28 mai 2013 à 15 h 27 min - Reply

    Pour rester motivé, je lève le pied quand le besoin se fait sentir, et j’avance dans mes projets par petits pas, en gardant à l’esprit que si la motivation est en berne, elle reviendra. Les moments de démotivation sont tout à fait normal. Il s’agit de suivre les conseils prodigués par cet article et les commentaires qui suivent pour ne pas se laisser aller et repartir d’un bon pied.

    Dominique

Ajouter un commentaire