Interview de Pascale Guasp, créatrice d’entreprise dans le domaine du luxe

Interview de Pascale Guasp, créatrice d’entreprise dans le domaine du luxe

COPIE_ECRAN3Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle interview du Blog Gestion De Projet. Aujourd’hui, je vous présente Pascale Guasp, qui a crée ElssCollection, une startup dans le domaine de la location de vêtements de luxe depuis un an. Cette interview est illustrée de photos prises dans le showroom dans le 8ème arrondissement de Paris.

Claire Cornic : Bonjour Pascale Guasp, pourriez-vous nous décrire votre activité ?

Pascale Guasp : ElssCollection est un nouveau concept de location de vêtements de luxe. On révolutionne la distribution et la consommation des vêtements de luxe. On propose à la location les dernières collections des marques de luxe. Nous sommes la seule entreprise à le faire.  Les femmes peuvent essayer les vêtements de luxe dans un magnifique showroom et les louer pour toutes les occasions de leur vie. Elles peuvent souscrire à des forfaits, des abonnements, ou opter pour la location unique si elles veulent louer pour un événement particulier.

Claire Cornic : Très innovant mais comment cette idée de projet d’entreprise vous est venue au départ ?

Pascale Guasp : J’ai été consultante de Direction Générale et Partner dans un Cabinet de Conseil en Stratégie, donc je travaillais pour des Directions Générales de grands groupes et je côtoyais des milieux « executive » et j’avais besoin moi-même d’être bien habillée et j’ai cherché ce service à titre personnel. Après, le passage dans la création d’entreprise, c’est un besoin personnel, le besoin de créer quelque chose qui a du sens donc j’ai considéré que ce projet avait du sens et était attractif car il révolutionnait les modes de consommation, la chaine de valeur, la distribution donc il y avait beaucoup d’enjeux de transformation à faire et moi, c’est ce que je savais faire aussi en tant que consultante, donc j’ai décidé de sauter le pas.

COPIE_ECRAN5Claire Cornic : qu’est-ce qui vous a motivé à devenir une chef d’entreprise, une véritable porteuse de projet ?

Pascale Guasp : C’est surtout l’envie de concret, et de réalisation concrète, parce que dans mon rôle de consultante, je traitais de sujets très intéressants auprès de Directions Générales mais j’étais dans un rôle de conseil certes très intéressant mais je n’étais pas celle qui fait et qui emmène les projets jusqu’au bout. Ce qui me passionne dans ce nouveau rôle de créatrice d’entreprise, c’est le souci du détail, le fait de concrétiser toutes les idées.

Claire Cornic : Combien de temps a duré la phase préparatoire de votre projet de création d’entreprise ?

COPIE_ECRAN6Pascale Guasp : Cela a duré presque 2 ans. Parce qu’il y avait le Business Plan, toute la réflexion en amont, l’étude de marché. Il a fallu développer des partenariats avec des marques de luxe, ce qui a pris du temps, les achats de collection dans le luxe se font huit mois à l’avance. Ensuite, la partie immobilier, recherche de l’emplacement du showroom, cela a pris six mois de recherche, plus quatre mois de travaux. C’est quand même beaucoup de préparation en amont.

Claire Cornic : Avez-vous rencontré des difficultés et comment y avez-vous fait face ?

Pascale Guasp : Avant le lancement, on a eu des difficultés à trouver le showroom car quand on est une startup et qu’on cherche à se positionner dans un beau lieu sur le marché parisien, dans le 8ème arrondissement, on n’est pas du tout les bienvenus, parce qu’on vous demande 5 ans de bilans, et bien sûr, on ne les avait pas encore, puisqu’on débutait. Donc c’était très difficile de trouver un propriétaire qui acceptait de nous louer sans nous demander 24 mois de cautions.  Cette recherche immobilière a impliqué trois mois de retard sur le démarrage de la société. Au moment du lancement, nous avons eu le problème de la marque. J’avais déposé la marque un an avant  le lancement de la société mais au moment où je me m’apprêtais à lancer le site internet, un grand groupe m’est tombé dessus, en m’envoyant un courrier m’informant que ma marque était en contrefaçon de sa marque et m’enjoignant de retirer ma marque. Il a fallu que je rentre en dialogue avec ce grand groupe et j’ai changé ma marque mais du coup, cela a retardé ma date de lancement. Nous avons perdu ainsi 3 mois dans le lancement du site internet et de la communication.

Claire Cornic : Combien avez-vous été au démarrage et combien êtes-vous aujourd’hui ?

Pascale Guasp : Nous avons été trois associés au démarrage et maintenant nous avons en plus une salariée en alternance et une stagiaire.

COPIE_ECRAN7Claire Cornic : Quelles sont vos méthodes de travail au quotidien. Utilisez-vous des logiciels de gestion ?

Pascale Guasp : L’essentiel de mon équipe travaille sur la communication, le commercial et la relation avec les clients. Cette partie-là travaille en équipe donc du coup, on a un plan de travail commun et partagé. On travaille avec un grand tableau collé contre le mur avec des lignes et des colonnes et on colle des post-its dessus. C’est l’outil le plus simple, le plus visuel, le plus facile à partager, les gens déplacent des post-its, ils barrent. C’est plus facile pour nous que de travailler avec un logiciel de gestion de projet où chacun est derrière son tableur. Avant, j’étais très « informatique » mais maintenant, dans ma startup, je me suis aperçue que la méthode du grand « paperboard » marche très bien ! Toutefois, bien sûr, on a quand même un logiciel qui est absolument indispensable, un logiciel qui gère les opérations du showroom, c’est-à-dire les opérations de location et de vente des vêtements, donc qui gère le process qui va de la réservation, la gestion des pièces de tous les articles qu’on a, on travaille avec des articles de mode, toutes les pièces sont répertoriées dans notre logiciel, toutes les locations sont gérées par le logiciel, il gère la réservation jusqu’à la livraison, la mise au pressing, le retour de la pièce. Le logiciel gère aussi les comptes clients car les clients ont un certain nombre de droits à location de par soit les abonnements soit les forfaits. Ce logiciel permet de faire les factures et d’émettre les fiches de location. C’est le cœur de notre activité.

Claire Cornic : l’avez-vous fait développer sur mesure ?

Pascale Guasp : Oui, parce ce que je n’ai pas trouvé sur le marché ce que je voulais. Et comme c’était absolument clé car c’est mon cœur de métier et que je savais que cela allait être un avantage concurrentiel pour moi, pour pouvoir gérer correctement mon Business, qui est un Business de logistique.

Claire Cornic : Combien de temps a été nécessaire pour mettre en place ce logiciel ?

Pascale Guasp :  La mise en place de ce logiciel a pris 8 mois.

Claire Cornic : Avez-vous dès le départ pensé votre projet dans une optique Web to Store ? C’est-à-dire que vos clients puissent découvrir les vêtements sur internet dans un premier temps puis venir essayer au showroom ensuite.

Pascale Guasp : oui, quand on a conçu le site internet, on a proposé les deux options dès le départ, soit la location online, soit la réservation en ligne puis l’essayage dans le showroom (web to store). Car dans le secteur de la mode, beaucoup de clients préfèrent venir essayer avant de louer ou d’acheter. De plus, le showroom est très agréable.

Claire Cornic : Auriez-vous des conseils à donner pour de futurs créateurs/créatrices d’entreprise avant de se lancer ?

Pascale Guasp : la première chose, c’est d’être bien entouré car quand on est créateur d’entreprise, on a tellement de sujets à traiter, la finance, les RH, la communication, qu’il vaut mieux savoir s’entourer. Il faut bien choisir ses associés ou ses partenaires. Moi, je me suis associée avec des personnes qui ont des compétences absolument clé dans mon Business, l’une dans le luxe et la communication et l’autre dans le marketing et les services innovants. Après, pour tout le reste, les achats, le stylisme, je me suis aussi entourée mais de partenaires. J’ai même une employée qui est styliste.

Claire Cornic : Merci beaucoup Pascale.

Chers lecteurs, n’hésitez pas à laisser votre commentaire, ou votre question sous cette interview.

Ajouter un commentaire