Petit jeu sur le sens des mots

Petit jeu sur le sens des mots

Je vous propose de jouer un peu avec les mots. Il s’agit de comparer des notions proches mais différentes dans le fond. Dans ce jeu il faut toujours commencer par: NE PAS CONFONDRE. Je commence ! Si vous avez d’autres idées, ajoutez-les en commentaires !

Ne pas confondre le PRIX et le COÛT : Le prix est une valeur marchande, résultat d’une transaction entre un vendeur et un acheteur, alors que le coût correspond à un effort pour atteindre un objectif.

Ne pas confondre DISPONIBILITE et CAPACITE : Dans un plan de charge, la capacité correspond aux ressources mobilisées pour accomplir les travaux. La disponibilité c’est la présence ou l’absence des ressources. Quand un BESOIN en ressource est identifié pour accomplir une CHARGE de travail, il est suggéré de s’assurer que la ressource est DISPONIBLE. Dans ce cas, la disponibilité devient la CAPACITE.

Ne pas confondre LISSAGE et NIVELLEMENT des ressources. Un peu comme quand on construit une route, le nivellement consiste à étaler la terre de manière à faire disparaître toute la pile initiale, en essayant de faire une route la plus plate possible. Le lissage vient ensuite, pour s’assurer que la route est parfaitement lisse. Le nivellement consiste à agencer les tâches planning de manière à réduire les pics de surcharge, la date de fin du planning est impactée par cette opération. En revanche, le lissage n’impacte pas la date de fin du planning. On lisse le planning sur les marges libres en général.

Ne pas confondre ROI (Return On Investment) et PAYBACK. Le ROI mesure le rendement en pourcentage. C’est le montant de l’argent gagné ou perdu que divise la somme initialement investie. ROI = Résultat / Capitaux. Par exemple si on investit 100 €uros et que l’on gagne 10 €uros d’intérêts, le ROI = 10%. Souvent le ROI est utilisé pour parler en réalité en pay back, c’est-à-dire la durée nécessaire pour récupérer une mise.

Ne pas confondre ENJEUX et OBJECTIFS. L’objectif est le résultat que l’on souhaite atteindre. L’enjeu est constitué des éléments qui justifient l’objectif. Si l’objectif, pour le planificateur, est de repousser certaines tâches achats du planning au plus tard ; les enjeux peuvent être d’optimiser la trésorerie, mobiliser plus tard certaines ressources achats, et lisser la charge de travail du service achats. Par exemple, pour l’établissement d’un plan d’action, on définit tout d’abord les enjeux, puis les objectifs. Les objectifs découlent des enjeux.

Ne pas confondre COMPLIQUE et COMPLEXE. Un système complexe peut s’appréhender de manière rationnelle alors que lorsque c’est compliqué il n’y a rien à faire, tellement c’est anarchique. Par exemple un projet est complexe, on peut l’appréhender en le décomposant en éléments simples et gérables, via le WBS. Si on peut décomposer le problème en éléments simples, il est complexe, autrement il est compliqué.

Ne pas confondre BUDGET et BESOIN : un budget est une ressource et correspond à l’argent dont on dispose, ce qui est différent de l’argent dont on a besoin. « C’est la base de la coûtenance »

Ne pas confondre VARIANCE et VARIATION : la variance c’est en Anglais, c’est l’écart A-B; la variation c’est (A-B)/B, en pourcentage.

Ne pas confondre PROBLEME et PROBLEMATIQUE : un problème est une question, une problématique un ensemble de questions.

Ne pas confondre RETARD et MARGE TOTALE NEGATIVE. Le retard se mesure par rapport à la référence du projet, située dans le passé, alors que la marge totale se mesure par rapport à un point situé dans le futur.

Ne pas confondre VALEUR ACQUISE et AVANCEMENT PHYSIQUE. La valeur acquise est la valeur du budget à date qui correspond à l’avancement physiquement effectué, exprimée en pourcentage. L’avancement physique représente une réalité de l’avancement des travaux.

Ne pas confondre planning INITIAL et planning de REFERENCE. Initial sous-entend que cela peut évoluer, référence est fixe.

Ne pas confondre RISQUES et ALEAS. Un risque peut se prévoir et s’éviter par différentes stratégies (se protéger, l’éviter, le prendre dans une certaine mesure), un aléa est aléatoire et on ne peut pas le prévoir. C’est pourquoi dans un budget il faut prévoir 2 provisions : une pour les risques et l’autre pour les aléas.

Ne pas confondre ENGAGE et ENGAGEMENT. Engagé = Réalisé + Engagement. Il faut y ajouter le Reste à engager pour obtenir le Coût Prévisionnel Final. L’engagement c’est un montant qui a été engagé (commandé) mais pas encore réalisé (réceptionné).

Ne pas confondre OBSERVATION et INTERPRETATION. C’est aussi la base de la communication Non Violente (CNV) de Rosenberg.

Ne pas confondre ECART et TENDANCE. Un écart compare deux éléments, une tendance au moins 3 éléments.

Ne pas confondre ce qui est URGENT et ce qui est IMPORTANT. C’est la base de la gestion des priorités, établies par Eisenhower via sa célèbre matrice.

Ne pas confondre une TÂCHE et une ACTIVITE. Une tâche correspond à un travail, et une activité correspond à une action.

 

Jean-Yves Moine,  http://cubixpm.com/

5 Commentaires

  1. BORO 22 mai 2014 à 13 h 37 min - Reply

    Article très pertinent

  2. Trampoglieri 22 mai 2014 à 13 h 46 min - Reply

    Jean-Yves,

    Merci pour cet exercice très pertinent. Cependant il me semble que la définition de Complexe et Compliqué est inverse à ce qui est écrit.
    Anne

  3. jymoine 22 mai 2014 à 14 h 10 min - Reply

    Bonjour Anne,
    Merci pour votre apport. Il semblerait que vous ayez raison, j’ai pourtant toujours cru l’inverse…

  4. Gestion de tâches en ligne 22 mai 2014 à 14 h 21 min - Reply

    Bonjour,

    Super ce jeu.. j’adore ! Concernant la différence entre URGENT et IMPORTANT, pour ceux qui ont encore des doutes, j’ai trouvé un article intéressant qui parle de ça ici : http://clouderial.com/organiser-action-tache-todo-liste/

    Je propose un autre couple :
    PILOTER et GERER : on a souvent tendance à mélanger les 2 notions en gestion de projet. Pourtant le pilotage et la gestion sont bien 2 activités distinctes à mon avis Piloter (comme dans le sens commun) veut bien dire « donner la direction ». C’est le pilote qui change la direction. Le gestionnaire de projet lui effectue « le relevé des compteurs » et vérifie que la direction prise est bien celle qui a été donné par le pilote.
    Ce sont souvent les mêmes personnes qui ont les 2 rôles mais apprendre à bien distinguer les 2 profils et les 2 fonctions évite bien des écueils.

    JM.

  5. diouf Babacar 22 mai 2014 à 19 h 33 min - Reply

    Merci pour l’article pertinent et les précisions. j’ai beaucoup appris. Merci. j’ajouterai aussi la différence a faire entre le coaching et le mentoring, lorsque le projet accueille des étudiants et stagiaires ou jeunes diplômés.

    http://www.management-mentors.com/resources/coaching-mentoring-differences/

Ajouter un commentaire