Qu’est-ce que l’avancement physique ?

Qu’est-ce que l’avancement physique ?

L’avancement physique est souvent la clef de la gestion de projet. Quand on gère un projet on veut savoir où on en est, et où on va si on continue comme on a commencé. Le seul moyen de répondre à ces questions, c’est de mesurer l’avancement physique, mais qu’est-ce que c’est au juste ? Et comment le mesure-t-on ?

L’avancement physique ce n’est pas l’avancement en coûts ou en charges, c’est-à-dire le coût (ou la charge) réalisé que divise le coût total ré-estimé (ou la charge totale ré-estimée). L’avancement physique ce n’est pas non plus l’avancement en délais, c’est-à-dire la durée réalisée que divise la durée totale ré-estimée.

L’avancement physique est un pourcentage qui reflète la réalité du terrain. L’avancement physique représente le présent alors que la « dépense » représente le passé, et le « reste à faire » le futur.

En effet, admettons que sur un budget de 100 heures pour réaliser un document, j’en ai dépensé 50 heures, et bien cela ne veut pas dire que j’ai rédigé 50% du document, l’avancement physique peut très bien être de 20% si j’ai pris du retard.

Plus subtilement, l’avancement physique, ce n’est pas non plus la valeur acquise. La valeur acquise, c’est la valeur du budget qui correspond à l’avancement, c’est un peu différent. L’unité de la valeur acquise c’est l’euro alors que l’avancement physique est un pourcentage.

Il existe différentes méthodes de mesure de l’avancement physique, la plus efficace est sans doute « l’unité équivalente ». Par exemple, j’ai installé 5 mètres de câbles sur 10 mètres, l’avancement physique est donc de 50%. L’unité est ici le mètre linéaire.

La méthode des « Jalons intermédiaires » est aussi pertinente. On va découper une tâche en jalons et attribuer un pourcentage d’avancement physique théorique à chaque étape. Souvent, le pourcentage d’avancement physique d’une étape est défini au préalable en calculant le nombre de jours.Homme nécessaires pour la réaliser. Quand une étape est réalisée, l’avancement physique préalablement défini est atteint.

J’apprécie la méthode « à dire d’expert » aussi, même si c’est la plus subjective, car un expert n’a aucun mal à évaluer en un coup d’œil l’avancement physique de la construction d’un gigantesque Viaduc par exemple. Cela évite de nombreux calculs et c’est la technique la plus simple à utiliser.

Pour des tâches de courtes durées, on peut utiliser deux méthodes « 0-100 » et « 50-100 », c’est-à-dire que l’avancement physique est de 0% ou 50% quand la tâche est commencée, et il est de 100% quand la tâche est terminée.

La technique « Niveau d’effort » est à utiliser pour les tâches transversales telles que le Management de projet par exemple, c’est simplement un avancement en charges ou en durées. L’avancement physique est alors conforme au nombre d’heures dépensées.

La technique « effort réparti » est à utiliser quand l’avancement physique d’une tâche est l’image de celui d’autres tâches du planning, comme par exemple la tâche « supervision de chantier » dont l’avancement peut être égal à celui des tâches de « construction du chantier ».

Enfin, il existe la technique « Pondération d’items » à utiliser conjointement aux méthodes qui précédent. Les techniques qui précèdent concernent le pourcentage d’avancement physique d’une tâche du planning. La technique pondération d’items concerne l’avancement physique d’un groupe de tâches du planning. Elle consiste à pondérer les tâches du planning, souvent en heures ou en euros, pour mesurer l’importance d’une tâche par rapport à une autre dans le calcul de l’avancement. C’est notamment avec cette technique que l’on créé les courbes en S d’avancement d’un projet.

L’avancement physique d’une tâche ou d’un groupe de tâche n’est pas facile à appréhender, mais il existe bien des techniques permettant de rationaliser son calcul.

Jean-Yves MOINE

2 Commentaires

  1. nguyen 1 février 2015 à 21 h 22 min - Reply

    Merci

  2. Faouzit 17 mars 2016 à 20 h 47 min - Reply

    Merci, limpide et très utile

Ajouter un commentaire